Placement financier assurance vie

Même si son origine ne la destinait pas à cette utilisation, l’assurance vie est aujourd’hui de plus en plus employée pour préparer la retraite.

Elle dispose en effet de multiples avantages, à commencer par son rendement comptant parmi les meilleures solutions d’épargne actuellement disponibles (le point sur les meilleurs contrats d’assurance vie en Euros).

L’assurance vie compte parmi les placements financiers les plus appréciés des Français.

Celui-ci se révèle en effet très intéressant à plus d’un titre, permettant également de bénéficier d’une fiscalité avantageuse, même si celle-ci tend à être moins favorable ces dernières années.

Aujourd’hui, l’assurance vie est utilisée par ses souscripteurs soit pour garantir un capital à ses héritiers ou bénéficiaires désignés, soit pour préparer sa retraite complémentaire avec un placement à moduler suivant la prise de risque que chaque détenteur accepte de prendre.

Il existe deux types de supports dans le cadre des contrats d’assurance vie multisupports : les contrats en Euros sans risques et les unités de comptes (investies sur des OPCVM, des trackers, des SCPI, des actions…).

La fiscalité revue de l’assurance vie

Bénéficiant, des années durant, d’une fiscalité réduite, l’assurance vie a depuis vu ces avantages diminuer, notamment concernant les produits de plus-value. Ainsi, depuis le 1er juillet 2011, toutes les assurances vie sont désormais soumises aux prélèvements sociaux sur les intérêts générés, à un taux de 13,50 %.

Dans le même temps, ces produits d’épargne conservent leur exonération des droits de succession lors du décès de son souscripteur. Ce cadeau fiscal n’est cependant valable que pour les contrats désignant précisément un ou plusieurs bénéficiaires. A défaut, les sommes épargnées sont reversées dans la succession, entraînant l’application des droits de succession.

Les avantages de l’assurance vie

Le premier avantage de tout placement en assurance vie est de permettre une utilisation libre des sommes placées, sans condition. C’est également l’un des rares contrats à se soustraire aux règles de l’héritage édictées par le droit français. Ainsi le souscripteur peut désigner le bénéficiaire de son choix, que ce soit pour avantager l’un de ses enfants, ses petits-enfants, son conjoint ou une personne sans aucun lien familial, dans la limite de 152 000 euros.

Le contrat d’assurance vie peut également être utilisé dès la fin de son activité salariée en se désignant soi-même bénéficiaire. Les sommes sont alors versées par rente ou capital, permettant de venir augmenter la part de retraite complémentaire.

Une épargne disponible par le biais des rachats partiels et des avances

Assurance vie : attention aux frais d’entrée

L’un des points à vérifier avant de s’engager dans un contrat d’assurance vie concerne avant tout les frais. Ceux-ci peuvent en effet devenir rapidement importants, impliquant le paiement de frais d’entrée, mais aussi de gestion, d’arbitrage et de versement sur les sommes épargnées.

Il existe cependant des solutions sans frais, à l’exception de ceux de gestion. Celles-ci concernent principalement les contrats proposés par les banques en ligne telles ING Direct, Fortuneo ou encore Monabanq.

Ainsi, l’assurance vie, malgré des règles d’imposition qui évoluent chaque année un peu plus défavorablement, reste l’outil idéal pour préparer sa retraite ou la transmission d’un capital à la ou les personnes de son choix.